3ème édition 2017-2018

Le Prix International 'CGLU – VILLE DE MXICO – Culture 21' a pour objectif de re­connaître les leaders -villes ou personnalités- qui se sont distinguées par leur contribution à la culture en tant que pilier du développement durable.

Le Prix International 'CGLU – VILLE DE MEXICO – Culture21' présente deux catégories : le Prix à une Ville / Gouvernement local ou régional, qui récompense une ville, ou un gouvernement local ou régional dont la politique a contribué de manière significative à établir des ponts entre les valeurs de la culture (le patrimoine, la diversité, la créativité et la transmission de connaissances) et la gouvernance démocratique, la participation citoyenne et le développement durable. et le Prix à une Personnalité, qui récompense une personnalité mondialement connue pour sa contribu­tion fondamentale à la relation entre la culture et le développement durable.

Le Règlement du Prix International 'CGLU - VILLE DE MEXICO - Culture 21' sont disponibles en Anglais, Espagnol, Français et Russe.

Catégorie "Ville" 3ème édition 2017-2018

Le Jury a décidé d’octroyer le Prix aux candidatures de (par ordre alphabétique) « Lyon Ville Durable : la Charte de Coopération culturelle », présentée par la ville de Lyon (France), et « Gouvernance locale de la culture : la Table Ronde des Artistes », présentée par Seongbuk (Séoul, République de Corée). Chacune des deux candidatures recevront 25 000 euros.

Lyon, France
no-alternative
Résumé
no-alternative
Article

La Charte de Coopération culturelle de Lyon est un programme bénéficiant de plus de quinze ans d’expérience, impliquant les 27 institutions, services municipaux ou événements culturels, créatifs ou patrimoniaux qui reçoivent d’importants soutiens financiers de la part de la ville permettant de promouvoir plus de 300 projets, actions concrètes ou nouveaux services adaptés aux défis des politiques mettant en relation la culture et le développement durable de la ville.

La Charte de Coopération culturelle de Lyon est entrée dans sa 4ème édition et s’étend désormais à toute la métropole de Lyon, dans plus de 24 villes différentes. Le programme est devenu un outil modèle pour les politiques culturelles dans la mesure où elles convergent (et garantissent ainsi des engagements concrets) avec chacune des politiques locales transversales qui « fabriquent » une ville durable : les équilibres urbains et solidaires, la participation citoyenne, les politiques d’égalité et de lutte contre les discriminations, mémoires et diversités, éducation et partage des savoirs, sobriété énergétique et écoresponsabilités, et innovations sociales.

De plus, le programme est fondé sur un dispositif continu de réflexion, de partage d’informations, de formation, de construction de projets et d’évaluation collective avec les acteurs impliqués, à différentes échelles territoriales et sur des thématiques qui évoluent avec le temps.

Seongbuk, Séoul, République de Corée
no-alternative
Résumé
no-alternative
Article

Le programme « Gouvernance locale de la culture : la Table Ronde des Artistes » a débuté de manière opérationnelle en 2014 à Seongbuk, un district de Séoul, et est ensuite devenu l’initiative la plus importante de la communauté dans cette zone, avec plus de 300 personnes qui travaillent collectivement sur la base de la gouvernance culturelle.

La Table Ronde se définit elle-même comme un réseau de travail collectif pour la coexistence et la coopération culturelle locale. Un de ses objectifs est le travail coopératif avec les responsables de la politique culturelle de la ville, au travers de la Fondation Culturelle de Seongbuk, et des autres institutions publiques ayant des responsabilités au sein de la ville.

La Table Ronde Commune d’Artistes de Seongbuk opère conformément aux valeurs et aux principes de l’« activité autonome » (autonomie), de la « démocratie culturelle » (démocratie), de l’ « amitié et la coopération » (solidarité) et du « respect des différences culturelles » (diversité). De plus, elle organise des festivals locaux, elle gère des espaces culturels et elle s’efforce à soutenir toute la communauté artistique et culturelle de la ville.

Mention spéciale

Le Jury s’est accordé pour décerner une mention spéciale aux projets suivants (par ordre alphabétique).

Ces 6 projets constituent d’excellents exemples d’application de l’Agenda 21 de la culture au niveau local.

Dublin (Irlande)

Pour le programme « La culture connecte » initié en 2015 ; le programme se base sur les histoires, les souhaits et les expériences des habitants de la ville ; il s’agit d’un programme très solide et innovant d’émancipation culturelle, qui montre l’importance d’écouter, d’apprendre et de partager avec les gens, et qui démontre que lorsqu’il y a de la volonté, les politiques culturelles bénéficient aux personnes le plus en nécessité.

Hamilton (Ontario, Canada)

Pour le programme « Aime ta ville. La transformation d’Hamilton par la culture », basé sur la conception de la culture comme quatrième pilier du développement durable ; le programme se concrétise avec un Plan Culturel comportant une approche holistique et intégratrice de la planification, qui implique les citoyens grâce à différentes techniques de participation, générant ainsi une « responsabilité partagée de la culture ».

Montevideo (Uruguay)

Pour le programme « Politiques culturelles avec des perspectives d’égalité de genre » ; ce programme a été débattu avec les collectifs culturels recevant un soutien financier public, et s’est structuré au travers de propositions et de projets très concrets ; l’impact du programme démontre comment, lorsqu’il existe une volonté politique et une rigueur technique, la perspective de genre dans les politiques culturelles démultiplie l’élargissement des libertés de tou.te.s les citoyen.ne.s.

Naplouse (Palestine)

Pour le programme « Comment sauver l’identité culturelle pendant l’occupation – Régénération du centre historique de Naplouse », à travers de l’engagement des institutions éducatives, civiles et municipales de la ville dans les travaux de régénération du centre historique, avec l’objectif de faire en sorte que ses habitants puissent continuer à vivre chez eux, et de garantir la reconstruction de plusieurs centaines de bâtiments et de maisons patrimoniales.

Novosibirsk (Fédération Russe)

Pour le programme « Transformer la ville en musée », qui mise sur la promotion de la présence d’activités culturelles et artistiques dans les espaces publics de la ville, sur l’utilisation des technologies de l’information et sur l’implication des citoyen.ne.s au sein d’activités spécifiques.

Saha-gu (Busan, République de Corée)

Pour le projet « Gamcheon, village de culture », une initiative de renouvellement urbain pluriannuel passant par l’art et la culture, qui a permis la revitalisation du quartier de Gamcheon ; le projet se base sur une coopération très étroite entre les résidents, les artistes et le gouvernement local, et sur un système de gouvernance démocratique innovant.

Catégorie "Personnalité" 3ème édition 2017-2018

Cette catégorie récompensera une personnalité mondialement connue pour sa contribution fondamentale à la relation entre la culture et le développement durable. Le prix à la personnalité sera attribué par le jury, sans concours ouvert de compétence. La personnalité vainqueur reçoit la somme de 25 000 euros. Le Jury a décidé que, dans la catégorie « Personnalité », le Prix serait partagé de manière ex-aequo entre deux personnes (par ordre alphabétique).

Basma ElHusseiny
no-alternative
Note biographique

Manager culturel et activiste. Basma ElHusseiny dirige actuellement l’organisation Action for Hope, basée à Beirut, et qui se donne pour mission de fournir un soutien culturel ainsi que des programmes de développement culturel aux communautés en crise, en se centrant particulièrement sur les réfugiés et les communautés appauvries. Durant ces 30 dernières années, elle a été impliquée dans des projets et dans des organisations culturelles indépendantes de la région arabe.

Basma a également été la directrice artistique du British Council en Égypte (1988-1998) et responsable du programme de Médias, Art et Culture de la Fondation Ford au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (1999-2003). En 2004, elle a fondé Cultural Resource – Al Mawred Al Thagafy, la principale organisation culturelle indépendante de la région arabe, et en 2006, elle a cofondé le Fond Arabe pour les Arts et la Culture (AFAC), dont elle a été membre fondatrice du conseil d’administration jusqu’en 2009. Elle a également participé à la création du Master en Politiques et en Gestion Culturelles de l’Université Hassan II du Maroc.

Basma est une experte en gouvernance de la culture pour l’UNESCO, membre du Groupe Arabe de Politiques Culturelles, ex-membre du Conseil du Centre de Politiques et de Gestion Culturelle de l’Université de Bilgi d’Istanbul et représentante en Égypte du réseau Arterial (le réseau culturel le plus grand d’Afrique).

Patrice Meyer-Bisch
no-alternative
Note biographique

Docteur en Philosophie de l’Université de Fribourg (Suisse) et habilité en éthique politique de l’Université de Strasbourg. Jusqu’en 2016, il a été le coordinateur de l’Institut Interdisciplinaire d’Éthique et de Droits Humains (IIEDH) de l’Université de Fribourg en Suisse, et est actuellement le président de l’Observatoire de la Diversité et des Droits Culturels (programme de l’IIEDH créé en 2004) et de la Chaire UNESCO des Droits Humains et de la Démocratie de la même université.

Patrice est connu pour son travail dans le champ des droits culturels au niveau international, étant le plus important promoteur de la Déclaration de Fribourg sur les Droits Culturels (2007), résultat de vingt années de travail d’un groupe international d’experts, le « Groupe de Fribourg », qui soutient et promeut les droits culturels au sein du système des droits humains. Patrice a mené à bien des recherches dans de nombreux pays d’Europe et d’Afrique.

Patrice Meyer-Bisch a eu une influence considérable sur la conception de la diversité culturelle et des droits culturels en tant que voies permettant d’atteindre par la mise en œuvre de l’interdépendance des droits humains, un développement durable parce qu’incluant toutes les personnes et tous les domaines. Au sein de ses travaux, les droits culturels sont considérés, avec les droits économiques mais aussi les droits civils, politiques et sociaux comme la base, la grammaire, l’espace d’interprétation, du développement des personnes et des sociétés.

Participants

Le prix reconnaît une politique, un programme ou un projet original qui inclue de manière explic­ite les principes de l’Agenda 21 de la culture. L’action récompensée doit avoir été mise en œuvre depuis au moins deux ans, et il est nécessaire d’apporter les preuves de l’impact et du succès obtenus.

Une ville, un gouvernement local ou régional ne peut présenter qu’une seule candidature.

99 villes ont participé à la première édition du Prix :

 

Le Jury de la 3ème édition du Prix International CGLU - Ville de Mexico - Culture 21 est composé des cinq membres, prestigieux experts internationaux à la trajectoire irréprochable dans le milieu culturel, garantissant ainsi la notoriété et la crédibilité du Prix, suivants : Farida Shaheed (présidente du Jury); Catherine Cullen; Lucina Jiménez; Eduardo Nivón et Eduardo Vázquez Martín.

  • Farida Shaheed
    Farida Shaheed est une sociologue pakistanaise, et a été la première Rapporteuse Spéciale des Nations Unies dans le domaine des Droits Culturels.
  • Catherine Cullen
    Catherine Cullen est Conseillère Spéciale sur la Culture et les Villes Durables, et a été la présidente de la Commission culture de CGLU.
  • Lucina Jiménez
    Lucina Jiménez est une experte de la Commission culture de CGLU, et est également l'actuelle directrice de Conarte.
  • Eduardo Nivón Bolán
    Eduardo Nivón Bolán est professeur au Département d’Anthropologie de l’Université Autonome Métropolitaine de la Ville de Mexico.
  • Eduardo Vázquez Martín
    Eduardo Vázquez Martín est poète, promoteur culturel, éditeur et journaliste, et l'actuel Secrétaire à la Culture de la Ville de Mexico.

Consulter ci-dessous le document de présentation du Jury International de la 3ème édition du Prix.